La beauté de l’imperfection – En présence du Maître japonais SHOWZI TSUKAMOTO

Cette année, alors que la commune de Waterloo fête les 30 ans de son jumelage avec la ville de Nagakute (Japon), l’asbl l’Arbre à Plumes mandatée par la commune, met en place une exposition – événement qui célèbre la paix, la résilience, la reconstruction.

Le Kinstugi ayant émergé en temps et lieu de la Bataille de Nagakute, grâce au Maître de Thé Futura Oribe, il a semblé évident aux organisateurs de proposer cette exposition en faisant converger les approches historiques, artistiques et techniques, et en exposant des céramiques historiques restaurées par Sensei Showzy Tsukamoto, l’un des plus grands maîtres vivants pratiquant l’art traditionnel du Kintsugi. 

En plus de la présentation de la plus importante collection d’oeuvres de Kintsugi historique en Europe, les initiateurs ont voulu faire de cet événement un moment fédérateur pour tous en organisant des Workshops, Master classes et conférence sur cet art si particulier.

 » Parce que notre objectif principal est de partager et de transmettre tant la technique ancestrale de cet art multi-centenaire que son histoire, nous souhaitons ouvrir et offrir à tous, quel que soit l’âge ou le niveau de connaissance de la culture japonaise, l’accès le plus large à cette exposition. »

Commissaire : Barbara Dauwe, soutenue et assistée par l’échevinat de la Culture Madame Bernadette Delange-Raeymaekers et celui des relations internationales de Waterloo Monsieur Alain Schlösser – Scénographie, montage : Jean Vinclair

Qu’est-ce que le Kintsugi ? 

Le Kintsugi, l’art de l’assemblage en or, est issu de la pratique du Chanoyu (la cérémonie japonaise du thé). Au début du XVIe siècle, la cérémonie du thé sortie des monastères zen n’était à l’origine autorisée que pour les samouraïs de haut rang et les riches marchands. C’était une activité culturelle exclusivement réservée pour les personnes qui détenaient richesse et puissance.

La vaisselle utilisée lors de ces cérémonies, souvent venue de Chine pouvait atteindre des valeurs inestimables, et les seigneurs rivalisaient entre eux pour obtenir les plus belles pièces. En raison de son symbole de richesse et de pouvoir, le kintsugi était utilisé dans la pratique politique.

Au 16e siècle, le Japon était divisé en plusieurs états belligérants. (Période Sengoku) Oda Nobunaga, célèbre officier féodal et Shogun qui fut le premier pacificateur et réunificateur du Japon, offrira un ensemble de chawans, de bols à thé, de contenants et autres ustensiles de haute qualité, en guise de récompense à ses guerriers samouraïs pour leurs performances exceptionnelles au combat au lieu de leur accorder des terres comme il était alors coutumier de le faire. Cela explique qu’un bol à thé du Shogun était aussi précieux que la terre.

Au-delà de ses compétences de Chef de guerre, Oda Nobunaga prônait un retour à la simplicité, à l’égalité des genres et des classes et ouvrit la porte à un dialogue tant culturel que social.

Par ailleurs, les grands Maîtres de thé, Senno Rikyū et plus tard son disciple Futura Oribe, qui servit Oda Nobunaga introduisirent dans la cérémonie de thé, l’esprit du Wabi-Cha, issu de la philosophie du Wabi-Sabi. On retourna à une vaisselle simple et épurée, issue des potiers japonais (Famille Raku).

Dans ce même esprit de beauté, Futura Oribe créa également ses fameux bols déformés appelés Hyouge Mono.

Au vu de la valeur inestimable de ces bols, si par malheur ils étaient brisés, les shoguns avaient pour habitude de les faire réparer en Chine.Faites à l’aide d’agrafes, ces réparations n’étaient ni esthétiques ni efficaces. C’est ainsi que dans le plus pur esprit Wabi-Sabi, le maître de thé. Futura Oribe demanda aux Maîtres Maki-E de réparer les chawans (Bols à thé). Ces artisans hautement considérés utilisaient la précieuse laque japonaise appelée urushi et l’or fin en poudre pour décorer des objets ménagers destinés aux nobles de la cour et aux familles impériales. Historiquement, au Japon, le métier de Maître Kintsugi n’existait pas. Ce travail était dérivé du travail d’un artiste Maki-E.

La philosophie du Kintsugi est basée sur l’esthétique japonaise du Wabi-Sabi. Une esthétique qui trouve la beauté dans le processus qui va de la naissance à la mort. L’esprit du Wabi-Sabi était profondément enraciné dans l’esprit des samouraïs dont la vie était toujours en danger. Conscients qu’ils pouvaient être gravement blessés ou tués lors d’une prochaine bataille, ils voulaient rester aussi gracieux qu’à une dispersion de pétales sakura, fleurs de cerisier, dans une belle journée de printemps. Avoir une blessure de guerre était la preuve qu’ils avaient vécu. C’était une chose dont ils pouvaient être fiers, et non quelque chose à cacher. C’est aussi ce que le kintsugi revèle, tout comme ses fondements philosophiques qui mettent en évidence les imperfections, tout en les embrassant.

La philosophie du kintsugi reflète la beauté de l’imperfection. Une approche importante, voire thérapeutique, de toutes les choses de la vie dans ce monde moderne en considérant la beauté naturelle et imparfaite de la vie.

Dans la nature, rien n’est infini ni parfait. Wabi Sabi apprécie les choses telles qu’elles sont du début à la fin, tous dommages subis, et ainsi trouve la complétude dans le manque.

Plus de 80 pièces historiques sont exposées dans la magnifique galerie des écuries de Waterloo, le parcours scénographique s’est efforcé de mettre en valeur ces oeuvres historiques toutes restaurées par l’artiste Showzi Tsukamoto.

En plus des céramiques, allant des fameux bols à thé aux vases Bizen, quelques précieuses pièces de Boros seront également exposées alliant l’art du Kintsugi au textile.

WORKSHOPS, MASTERCLASSES ET CONFÉRENCE

Afin de prolonger l’expérience et de transmettre au mieux cette technique unique, le maître Tsukamoto sera présent à Waterloo afin de dispenser workshops et Master Classes, ainsi qu’une conférence au musée Wellington sur l’art et la philosophie du Kinstugi.

2 Masterclasses exclusives en présence du Maître :
13.09>17.09.22
27.09>01.10.22

Apprenez l’art du Kintsugi traditionnel avec le Maître Showzi Tsukamoto. Les masterclasses permettent d’acquérir les bases pour une autonomie de travail. Suivi des élèves après le stage. Chaque participant recevra les outils, e matériel (Or 24K, Urushi, Kokuso…) pour plusieurs mois de travail. Un groupe de travail sera constitué à l’issue du stage afin d’assurer un suivi du travail. Groupe de maximum 10 personnes (Japonais et interprète en français, anglais)

4 Workshops découvertes :
11.09.22 – 21.09.22 – 25.09.22 – 05.10.22

Découvrez l’art du Kintsugi traditionnel avec le Maître Showzi Tsukamoto et repartez avec une céramique réparée à l’or. Les workshops se feront au lieu de l’exposition.

1 Conférence
10.09.22

Conférence sur l’art du Kintsugi traditionnel et sur la philosophie du Wabi Sabi avec le Maître Showzi Tsukamoto. La conférence sera suivie d’une cérémonie du thé et d’un moment culturel et aura lieu à la salle du Musée Wellington (Waterloo).

1 Workshop d’Ikebana
15.10.22

Initiation à l’art de l’Ikebana par Mit Engelaere et Siska Vanden Steene (d’Ikebana International)

Infos, prix et réservations :
https://www.larbreaplumes.com/evenement
barbaradauwe@larbreaplumes.com
+32 476 23 51 52

Publicité